Pas immédiate, mais presque.

Pas immédiate, mais presque.

Grand-père est accusé d’avoir agressé sexuellement ses deux petites filles, âgées entre 5 et 6 ans, et ce du 1 er septembre au 31 décembre 2017. Il leur a montré son propre sexe puis a caressé le leur ainsi que leurs fesses. Mais l’avocat des parents des deux petites victimes n’a eu accès au dossier que la veille au soir. Il demande un délai pour préparer sa défense des parties civiles. Les faits ne seront pas évoqués, seul son maintien ou non en prison jusqu’à sa prochaine comparution sera délibérée. Grand-père n’est plus récidiviste, mais il y a réitération des faits, il avait été condamné en 2008 pour agression sexuelle sur mineur de moins de 15 ans. Il encourt une peine de 10 ans de prison, il ne peut espérer une libération avant procès, son avocate Me Muffat-Joly ne la demande même pas, « je m’en remets » déclare-t-elle. Il y a maintien en détention, prochain procès le 31 janvier à 9H.

 

Le jeu et l’alcool

Slimane 41 ans, boit et parfois prends de la cocaïne. Le 24 septembre, il a arrosé un mélange impressionnant de psychotropes avec deux litres de vodka, sans compter les bières. Il s’est rendu au tabac du coin, celui qu’il fréquente depuis toujours et il a acheté 75 euros de tickets loterie. Quand la propriétaire a refusé son chèque, il est allé chercher une bombe lacrymogène et en a copieusement arrosé la commerçante. Cette dernière a fui chez un voisin et pendant ce temps Slimane lui a volé son tiroir caisse et des poignées de tickets de jeu de hasard. Il ne se souvient plus de rien, mais son casier a gardé en mémoire 16 mentions, la plupart pour des délits alcooliques. Il est condamné à 30 mois de réclusions dont 15 avec sursis et mise à l’épreuve avec obligation de soins pour ses diverses addictions et de rembourser la victime. Interdiction de fréquenter ce tabac et tous débits de boisson.

 

Drôle de retrouvailles

Robert D. 50 ns, a bénéficié d’une permission de sortie de prison de 8 à 18h, le 27 novembre, pour retrouver sa compagne. Elle l’a accueilli avec un verre d’orangeade à la vodka. Puis ils n’ont pas arrêté de boire toute la journée. Et puisque plus on est fou, plus on rit, ils ont tous cassé dans l’appartement avant que madame ne fasse une tentative de suicide. La gendarmerie prévenue et découvrant le couple dans le sang a tout de suite incarcéré Robert … Faut dire que son casier contient sept condamnations dont trois pour violence sur conjoint. Mais cette foi Robert n’y est pour rien, la dame s’était punie toute seule. Robert est relaxé, mais devra faire face aux autorités pénitentiaires.

 

Refus de partir

Amin affirme qu’il dira toute la vérité. Il est algérien, alors qu’il avait affirmé jusque là être marocain. Le consulat du Maroc n’était pas arrivé à déterminer s’ils avaient affaire à un compatriote, ce que l’interprète a pu deviner en échangeant une dizaine de mots avec lui, grâce aux différences dialectales de l’arabe. Amin a été condamné pour vol avec violence avec récidive le 23 mars 2016 et interdit depuis de territoire français pendant 10 ans. Et le 20 novembre 2017, il était contrôlé demeurant encore et toujours dans le département des Pyrénées-Orientales. Il est condamné à 18 mois d’incarcération – 1 an requis – et l’interdiction de séjour est maintenue.

Laisser un commentaire