Jean Bastouill ne sera pas rejugé

Il n’y aura pas de deuxième procès Jean Bastouill. A 89 ans, ce Rivesaltais apprécié de tous au village, a été emporté par un cancer en récidive.

Condamné à 10 ans de prison pour avoir assassiné son gendre, Jean Bastouill avait fait appel et devait être rejugé courant 2017. Me Etienne Nicolau, croisé au tribunal, nous a confié que son client et ami « est mort en liberté et sans condamnation ». Jean Bastouill, persuadé que son gendre le docteur Jean-Charles Messmer avait provoqué la mort de sa fille avec l’injection d’un produit létal, avait abattu ce dernier d’un coup de fusil de chasse. Etrange procès en Assises où l’accusé, sardaniste et membre de l’orchestre municipal, ne comptait plus les témoins venus à la barre faire son éloge, alors que  la partie civile avait eu toutes les difficultés pour trouver une personne pour venir témoigner en faveur de la victime. Où un enquêteur de la police national n’avait pas hésité, sous la foi du serment, à affirmer à la barre qu’il était persuadé que le Dr Messmer avait assassiné son épouse. Jean Bastouill est parti mercredi 11 janvier emportant avec lui la certitude que le 20 juillet 2010, il avait fait justice en tuant le mari de sa fille.

Laisser un commentaire