Boisson

Il s’appelle Manouar, il a 27 ans, il est arrivé en France à l’âge de 10 ans. Il a l’obligation de quitter le territoire français depuis 2014 et il refuse de le faire. « Je suis d’ici ». A partir de cette constatation, il a tout fait de travers. Il a refusé de signer tout papier, refusé de répondre aux autorités du consulat qui ne le considère pas comme un ressortissant algérien Il se dit étudiant mais n’a fourni aucun document l’attestant et il a dégradé la porte du centre de rétention. Il est condamné à trois mois de prison et une interdiction du territoire national pendant 5 ans.

 

 

Roland a 43 ans. Il a perdu son épouse qui a fait un AVC alors qu’elle était enceinte de sept mois. Depuis Roland boit. Boit et conduit sa moto. Quatre condamnations pour conduite sous influence de l’alcool. Il y a six mois il a pris un rond point en sens inverse et le 30 mai 2017, il roulait à 128 km/h sur une route limitée à 70. Dans tous les cas il n’avait pas le permis et roulait sans assurance et en état d’ébriété. Il est condamné a 15 mois dont 5 avec sursis et mise à l’épreuve avec obligation de soins et est interdit de conduire un véhicule à moteur pendant deux ans et doit payer 400 euros d’amende.

 

 

 

Le 7 janvier 2017, à Saint Paul de Fenouillet, Didier D., 56 ans, percute le bus scolaire qu’il suivait. Il n’a pas de permis, pas d’assurance, pas de carte grise et l’éthylotest indique 2g38 sur l’échelle de « Richter ». Il ne se souvient de rien, en revanche il se reconnaît alcoolique, dit qu’il a peur de la prison et voudrait être hospitalisé pour être sevré. Il est condamné à 12 mois de prison dont 4 avec sursis et mise à l’épreuve avec obligation de soins.

 

Olivier G. est gendarme de la Garde Républicaine en retraite. A l’âge de 8 ans il aurait subi des maltraitances qu’il n’a pu dénoncer car prescrites. Dans sa famille des cas de « viols et de pédophilies » supposées n’ont pas étaient poursuivies et lorsqu’il était encore gendarme, il n’a pu porter plainte contre un de ses collègues. Alors Olivier G. est persuadé que la justice protège criminels et pédophiles et il le fait savoir. Il envoie des lettres d’insultes au propos orduriers et des menaces de mort aux magistrats, procureurs, à l’ordre des avocats, au bâtonnier … et pour la deuxième fois en moins d’un an, il se retrouve devant un tribunal. Il est condamné à 8 mois d’emprisonnement ferme.

 

Nico L, 41 ans, est bosniaque. Le 6 février, le tribunal de l’Héraut a prononcé contre lui une obligation de quitter le territoire français. Début juin, il est surpris dans un train à Cerbère. Il dit vivre « d’expédients », de restau du cœur et de dormir là où il s’arrête. Il déclare n’avoir aucune famille et ne veut pas partir. Il veut aller en prison. Il est condamné à 3 mois d’incarcération, à sa libération les autorités lui paieront un billet et l’accompagneront vers le premier transport en commun international en partance pour la Bosnie.

 

Laurent T., 36 ans, est un cumulard tant sa capacité à multiplier les délits est grande. Le 6 juin, ne portant pas de ceinture de sécurité des policiers lui font signe de s’arrêter. Il fonce, se débarrasse par la fenêtre d’un sac de plastique. A l’intérieur, 223 g d’herbe et 26 g de résine de cannabis. Il n’a ni permis, ni assurance. Ces 20 dernières années, il en a passé 13 et demi en prison. Il a 36 mentions sur son casier judiciaire. Il affirme pourtant s’être calmé depuis qu’il est deux fois papa, mais éprouve des difficultés immenses pour s’arrêter de fumer de l’herbe. Il est condamné à 2 ans de prison dont 1 avec sursis et 350 euros d’amendes.

 

 

Laisser un commentaire