Assises : Pour 40 euros et un appareil photo

Le 3 août 2011, 2h20 du matin, les Sapeurs Pompiers sont appelés à se rendre à Collioure afin de porter secours à une personne qui a, visiblement, été rouée de coups. Ils seront obligés d’arracher la victime à l’un de ses bourreaux qui s’acharne encore sur lui. Trois personnes comparaissaient, en début de semaine, devant la cour d’Assises des PO, accusées de vol précédé de violences ayant entraînées des infirmités permanentes.

 

Des séquelles terribles

 

La victime est David Sauveur, photographe professionnel au moment des faits, connu et reconnu, ayant effectué des reportages dans les lieux les plus périlleux de la planète, Proche-Orient, Kosovo, Sierra Leone … pour tomber à Collioure. Personnalité connue dans le monde du photojournalisme, François Leroy, Directeur du festival Visa pour l’Image a été appelé à témoigner par Me Cussac-Tarbouriech, avocate des parties civiles. Sauveur assiste au procès de ses trois tourmenteurs sur un fauteuil pour handicapé, les séquelles provoquées par les blessures infligées cette nuit, ont eu des conséquences terribles. Il ne peut s’exprimer que par l’entremise d’un clavier et d’un ordinateur, il doit être nourri par sonde et nécessite une aide permanente auprès de lui. Dans le box des accusés, deux d’entre eux sont présents, Nicolas Gourabian qui comparait libre. Il a infligé les premières blessures et Samuel Mastio a porté les derniers coups de poings à la victime. Johan Beaune n’a pas répondu à la convocation du tribunal et fait l’objet d’un mandat d’arrêt.

 

Deux délinquants d’habitude

 

David Sauveur était en vacance à Collioure, fumeur occasionnel de cannabis, vers minuit, il part seul à la recherche d’un revendeur. Ce soir-là, il y a un spectacle de reggae qui a forcément attiré consommateurs et revendeurs dans la cité balnéaire. Il s’adresse aux trois accusés et leur proposent de l’argent. Les trois étaient hébergés dans un foyer à Céret, avant d’en être expulsés. Sans le sou, ils traînaient de fêtes en fêtes et pourront être suivis à la trace des divers désagréments qu’ils ont provoqués sur leur passage. Gourabian, 22 ans au moment des faits a un casier vierge, mais Mastio , 23 ans, collectionne déjà 23 condamnations dont 21 pour faits de violence. Bien installé dans la délinquance, il est le seul à comparaître incarcérés pour d’autres faits. Quand à Joann Beaune 32 ans, il accumule 19 condamnations dont la dernière a été prononcée le 6 novembre 2013. Malgré les menaces d’un procès en Assises, ces deux accusés ont continué leurs vies délictueuses.

 

Des coups d’une violence terrible

 

Toujours selon la seule version des accusés, David Sauveur leur aurait proposé 40 euros en échange de Cannabis,. Mastio et Beaune sautent sur l’occasion. Ils n’ont nullement l’intention de lui en procurer, leur seul but étant de s’alcooliser le plus rapidement possible et à moindre frais. Ils achètent de la bière. Gourabian est resté auprès de la victime. Le temps passant, Sauveur se fait plus pressant et fini par réclamer son argent. Gourabian dit lui administrer alors une gifle avec le revers de la main qui le fera basculer à la renverse. Une large tache de sang sera découverte à l’endroit où il est tombé. Garoubian profitera de la perte de connaissance de sa victime pour lui voler son appareil photo. Les experts légistes et les pompiers sont unanimes, une seule gifle même extrêmement forte et une chute de tout son long, ne peuvent, en aucun cas, avoir provoqué les terribles blessures relevées sur David Sauveur. Et les experts sont catégoriques se sont ses premières blessures qui ont entraîné les séquelles les plus graves. Gourabian maintiendra tout le long du procès sa version d’une seule gifle. Lorsque les pompiers arrivent, ils portent les premiers secours. Mais David Sauveur est obnubilé par le vol de son appareil professionnel. Il veut le récupérer à tout prix, il repère ses agresseurs et réclame encore et toujours qu’on lui rende son bien. A ce moment, Mastio arrive en courant et assène deux violents coups de poings au visage de Sauveur qui chute à nouveaux au sol ou il sera secouru par les pompiers demeurés sur place. Mastio reconnaît ces deux coups portés à Sauveur. Mastio et Beaune seront interpellés le lendemain à la féria de Millas interpellés par les gendarmes de cette localité, car ils ont provoqué une nouvelle bagarre, vraisemblablement, entre eux.

Vendredi, en début d’après-midi après une matinée de délibéré, Nicolas Gourabian au casier vierge a été condamné à 14 ans de réclusion, Joahnn Beaune et Samuel Mastio aux casiers fournis à 15 ans et 1500 euros d’amende pour usurpation d’identité. Quinze ans avaient été requis pour les trois par le parquet.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire