Mauvais voisinage

Sabri a 33 ans, il est poursuivi pour une tentative de meurtre le 18 novembre 2012, mais la prévention a été transformée en violence volontaire avec arme, ce qui a permis sa correctionnalisation, autrement c’était les Assises.

 

Tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes dans l’immeuble de Sabri. Les gens s’invitent, se fréquentent, les enfants jouent ensemble. Jusqu’au jour où vient s’installer le couple Abdelah et Latifa. Lui travaille la nuit, il ne supporte pas le moindre bruit dans la cage d’escalier. Les enfants courent, jouent, crient, et Abdelah sort et insulte tout le monde. Le 18 novembre, une voisine tout heureuse, invite ses amis à venir voir les travaux qu’ils ont faits dans leur appartement, on papote, on rit, les enfants en profitent pour jouer. Abdelah hurle, sa femme est enceinte de cinq mois, elle a besoin de calme. Le ton monte, cris, menaces et Abdelah se moque du physique de l’épouse de Sabri. Abdelah est retourné chez lui, a pris un sabre qui orne normalement un mur du salon. Il niera l’avoir pris devant les policiers, mais ceux-ci constatent qu’effectivement, il n’est plus sur le mur, ils le retrouveront sous un bac à linge dans la buanderie. En le sortant avec rage de son fourreau, Abdelah a cassé des pièces du fourreau que les policiers vont retrouver dans le couloir de l’appartement d’Abdelah, mais celui-ci continuera à nier qu’il l’ait sorti ce jour-là. En revanche, un qui dit l’avoir vu, c’est Sabri, qui court au premier et va se saisir d’un fusil Mauser et d’une munition qui sont en sa possession. Il redescend et tire une balle sur le carrelage. Les policiers retrouveront les traces d’impact, il a tiré à 4,22m des victimes. Les ricochets ont touché Abdelah à la cuisse, il a une plaie béante, et son épouse Latifa recevra quelques éclats, toujours du même tir. D’où vient le fusil ? Comme toujours de ce qui doit être le plus grand marché clandestin d’armement, la Cité Bellus. L’arme a été volée à Saint Cyprien en 2010. Sabri a passé e long mois en détention, 15 mois en tout. « C’est un acte de violence gravissime », lui dira le procureur. Son avocat du barreau de Toulouse mettra toute son énergie pour décrire le couple de victimes comme des mauvais coucheurs qui ont des problèmes avec tout le voisinage. Sabri essaiera plusieurs fois de dire qu’il voulait récupérer ses enfants, alors que ceux-ci étaient en sécurité chez une voisine qui les avait recueillies et cachés chez elle. En bref un bien heureux voisinage jusqu’à la venue de la victime.

Laisser un commentaire