Les délits de fuite dangereux se multiplient

Il y a une différence entre les trafiquants de drogue et de cigarettes, ce qui peut paraître étonnant, ce sont les seconds qui, se conduisent, le plus souvent en Kamikazes de la route. Mais l’exception vient toujours confirmer la règle.

 

 

 

La Tour de Carol

Au Pas dela Casa, les douaniers tentent d’arrêter un véhicule, il fonce sur le barrage. Les douaniers laissent toujours une chicane de sécurité pour ne pas mettre la vie des agents en danger. Derrière, un autre barrage avec une herse. Le conducteur l’évite, mais pas totalement, il crève une roue. Rien ne l’arrête, il fonce en roulant sur la jante. Sa course folle avec une roue crevée, l’amènera du Pas dela Casaàla Tourde Carol, soit28 km. Lorsqu’un morceau d’acier de la roue crevée va sauter et percuter la calandre de la voiture des douaniers qui le prenaient en chasse. Les dégâts sur le moteur sont irréversibles. La voiture est obligée de s’arrêter et d’abandonner la poursuite.

 

Sur l’autoroute

À Perpignan, lundi après-midi, les services de douanes surveillent l’autoroute. Une 307 Peugeot avec deux personnes à son bord, arrive de la frontière. Le conducteur essaie de quitter l’autoroute par la bretelle du Boulou, visiblement, pour éviter le contrôle. Signe lui est fait d’arrêter. Le conducteur refuse d’obéir aux injonctions des douaniers. La voiture s’engage à nouveau sur l’autoroute et fonce en direction de Narbonne. Deux motards la prennent en chasse. Elle sort de l’autoroute, Perpignan sud, fonce et arrache au passage la barrière du péage. Elle se dirige vers Sainte Marie de Mailloles, grillant les feux rouges, franchissant les lignes blanches, slalome entre les immeubles de la citée Mailloles et crève un pneu sur un trottoir, les airbags se déclenchent. Ceux-là ne pourront pas continuer sur la jante. Ils partent à pied et réussissent à disparaître. Dans le coffre35 kgde haschisch et20 kgd’herbe de cannabis. Recherche d’ADN, fouille systématique et minutieuse chasse aux indices vont peut-être permettre de remonter aux deux utilisateurs du véhicule.

 

Au Perthus

Jeudi 11 avril, aux alentours de 23 heures, péage du Boulou, lieu de prédilection des contrôles douanier. Les agents font signe a une grosse cylindrée de s’arrêter, le conducteur accélère. C’est devenu si fréquent, ses derniers temps, que les gestes des fonctionnaires sont devenus automatiques. La persécution se fait dans les règles de l’art. Mais auparavant, la herse redresse ses pointes acérées au passage du fuyard. Les quatre roues crevées, il continue sa route sur l’autoroute en direction de Perpignan, atteignant des pointes de200 kilomètresà l’heure. Pendant leur course poursuite, les douaniers vont repérer une BMW qui avait été déjà contrôlée au Boulou. Visiblement le conducteur essaie de venir en aide au fuyard en occupant la chaussée afin de ralentir ses poursuivants. Pour la sécurité des autres usagers de la route, les douaniers relâchent un peu la pression sur les fuyards, sans les perdre de vue. Ils retrouverontla BMWen flamme du côté de l’aéroport dela Llabanères.Maisdans ces mêmes flammes, brûleront aussi,200 kgde haschisch. À l’arrivée de leur course folle, les fuyards ont perdu, non seulement leur butin, mais ont laissé, aussi, en cadeau, la carte d’identité d’un individu demeurant à Villeurbanne. Il l’a perdue dans sa fuite à pied. Ce ne peut-être un hasard, la voiture contrôlée au Boulou qui devait être la voiture ouvreuse était conduite par une autre personne habitant Villeurbanne. Gageons que cette ville va très prochainement recevoir la visite de nos courageux gabelous, ou de quelques agents envoyés par eux.

Laisser un commentaire