« Mercredi, jour qualifié d’historique au Parlement de Catalogne »

Un pas de plus vers l’indépendance de la Catalogne?

Le parlement de Catalogne a voté, jeudi dernier, une « Déclaration de souveraineté », décret affirmant que le peuple catalan se déclare souverain pour décider de son futur. Cela ne veut pas dire que la Catalogne se déclare indépendante, mais que le peuple catalan aura le pouvoir de décider de son futur par les urnes. Ce qui induit le référendum pour l’indépendance qui devrait être soumit au vote des citoyens catalans en 2014. Soit exactement 300 ans après que la Catalogne ait perdu sa souveraineté. Le texte soumis au parlement a été accepté par 85 voix pour et 41 contre. Ont voté pour : CiU, le parti du président catalan Artur Mas, ERC, parti a la tête de l’opposition et les écolo-socialistes de ICV-EUiA. La CUP, groupe ultra indépendantiste de gauche, s’est divisé, un vote pour et deux abstentions. Ont voté contre, le Parti Populaire au pouvoir en Espagne, le Parti Socialiste catalan affilié au parti socialiste espagnol et Ciutadan’s.

 

 

Des socialistes désobéissent

 

 

Cinq députés socialiste n’ont pas voté, et ont été menacés de sanction de la part du parti central. Depuis leur décision de faire bloc avec le Parti Populaire, le Parti Socialiste Catalan ne cesse de baisser dans tous les sondages et risque de devenir ultra minoritaire à la mairie de Barcelona, qu’ils ont dirigé pendant des décennies. Enfin, Ciutadan’s, étrange coalition réunissant toutes les volontés anticatalanes, des communistes orthodoxes aux nostalgiques du franquisme possèdent six élus au parlement qui ont, bien sûr, voté non et ont demandé au gouvernement central d’intervenir, de supprimer l’autonomie catalane et de dissoudre le parlement catalan. Les socialistes ont tenu à affirmer, qu’ils étaient aussi pour un changement de statut, carla Catalogne court à l’heure actuelle à sa ruine, mais ils veulent que l’Espagne se transforme en une fédération de type allemand. Ils ont rappelé que demander l’indépendance est divisé le peuple catalan, ce qu’ils se refusent de cautionner. Il leur a été répondu que ce qui divise tous les peuples du monde occidental, c’est de se déclarer de droite ou de gauche, mais que cela s’appelle la démocratie.

 

 

Et les Catalans de France ?

 

 

La déclaration de souveraineté ne concerne que le strict Principat et en aucune manière les territoires qui au cours de l’histoire ont fait partie de la Confédération Catalano-Aragonaise.Mais attribuer un passeport aux « autres » catalans, comme le font les Irlandais de Dublin avec ceux de Belfast ou les Hongrois avec des minorités hongroises qui ne sont pas européennes pourrait être envisagé.

 

 

« Vérité au deçà des Pyrénées, erreur au-delà »

 

 

L’exceptionnalité de la Catalogne Française existe déjà dans les documents, puisque l’UMP au niveau national est le parti frère du Parti Populaire espagnol et Nicolas Sarkozy a tissé de solides relations politiques avec Aznar et Rajoy. Le gouvernement de Mariano Rajoy a affirmé qu’il s’opposerait « par tous les moyens » à la tenue d’un référendum. Certains ministres PP, n’ont pas hésité à évoquer un recours aux tribunaux ou même à la force. En revanche l’UMP des Pyrénées-Orientales a signé une convention électorale avec CDC le parti d’Artur Mas. L’UMP signe donc avec les violemment anti-indépendantistes à Paris et avec les principaux responsables du processus d’indépendance à Perpignan. « Vérité en deçà des Pyrénées, erreur au-delà », aurait pu écrire Pascal.

 

Laisser un commentaire