Entre joints et conduire, il faudra choisir

Les forces de gendarmeries ont procédé à deux contrôles de la circulation, un dans l’Aude, l’autre dans les Pyrénées-Orientales. Ils pourraient bien jalonner un futur changement des habitudes des consommateurs de haschich.

À cause d’une recrudescence des accidents mortels dans ces deux départements, les préfets ont voulu par ces contrôles autant intempestifs que systématiques rappeler aux conducteurs leurs responsabilités. Ses accidents mortels, qui ont surtout impliqué des jeunes gens, ont révélé trop souvent, chez leurs responsables, une consommation d’alcool au-delà des limites autorisées ou de produits stupéfiants. Le sous-préfet de Limoux, Sébastien Lanoye, a souligné que les efforts de la préfecture vont désormais se concentrer « dans la détection des conduites à risque sous emprise de stupéfiants. » Dans l’Aude, le nombre de personnes contrôlées positives pour la consommation de produits stupéfiants a augmenté de 111%. Dans les Pyrénées-Orientales, les contrôles ont été effectués entre Ille sur Têt et Porté Puymorens, deux personnes ont été positives au test portant sur la consommation du haschich. Les permis ont été aussitôt confisqués sur place, tant pour les personnes ayant consommé des stupéfiants, que dépassant les taux d’alcool autorisés. Pour les produits stupéfiants, il n’y a pas de taux maximum, de simples traces suffisent à rendre le contrevenant hors la loi, puisque toute consommation est interdite.

Encore positif plusieurs semaines après

En sus, le test peut se révéler positif alors que la consommation a eu lieu plusieurs semaines avant le contrôle. Si jamais ces contrôles devenaient systématiques, cela compliquerait très certainement la vie des consommateurs, mêmes occasionnels, de haschich. Le permis de conduire est devenu indispensable, risquer son permis – pour une durée minimum de deux mois – quinze jours après avoir fait tourner un joint dans une soirée branchée va changer totalement la donne. Jusqu’à présent le fumeur de joint, s’il savait se montrer discret, pouvait espérer s’adonner à sa petite passion sans pratiquement aucun risque. La justice punit la détention, bien sûr, mais surtout les personnes qui en font le commerce. Ce qui peut paraître assez juste, car le législateur a voulu voir dans le consommateur plus un malade qu’un délinquant.

Sans consommateur plus de haschich

En revanche, dans la réalité, tout le système repose sur le consommateur. Sans consommateur, plus de trafic, plus de jeunes gens abattus par kalachnikov, plus de jeunes frappés par la crise tombant dans le trafic pour finir quelques temps après à aggraver la situation de nos prisons surpeuplées. Avec une chasse des consommateurs au volant, avec une pénalisation les privant de permis, la vie du fumeur de joint va être beaucoup moins facile. « Tirer une tafe » le samedi soir, pourra faire perdre son permis de conduire le lundi matin alors que l’amateur se rend à son travail, tout autant que le week-end d’après lorsqu’il conduira, parfaitement clean, sa petite amie en boite. Ce n’est plus du tout la même histoire. Sauf si les tests sont peu fréquents et que le consommateur peut encore espérer jouer sur sa chance de passer au travers. Ce qui est sûr et certain, c’est la possibilité qu’auront maintenant les autorités de porter des coups très durs à la consommation de haschich. Mais y a t-il réellement la volonté politique ?

Un commentaire sur “Entre joints et conduire, il faudra choisir

  1. Les tests de dépistage des drogues au volant, dont la consommation de cannabis, sont maintenant des tests salivaires (depuis 2008). La positivité au THC n’est en pratique détectable par ces tests que de 6 à 12 h après la consommation, et encore, au maximum…
    En tout cas pas plusieurs jours après, ce qui est par contre le cas avec les tests urinaires puisque le THC est stocké dans les graisses et éliminé progressivement dans les urines pendant 2 à 3 semaines.
    Tirer une taf le samedi soir peut faire perdre son permis au plus tard le dimanche, mais pas le lundi matin :-)
    Et pas sûr qu’une simple taf soit suffisante le dimanche puisque le seuil de détection est de 15 ng. Et il semblerait que certain bain de bouche puisse négativer le test…
    Source :
    http://www.depistage-drogue.com/duree-depistage-drogues-dans-salive

Laisser un commentaire