De La Jonquera à Font Romeu

Compagnons de dérive, de coup de folie, de virée en Espagne sans argent, on rêve de « Road Movie » américain, mais le lendemain, c’est le réveil en cellule.

C’est leur version, ils ont eu une « commande », un gitan, qui leur proposait 1500 euros pour un Renault Trafic volé. Ils ont besoin d’argent, alors le 18 janvier, Youssef et Fabien, compagnons d’infortune, vont tourner dans la ville d’Antibes pour « trouver » une proie. Le distributeur de journaux en possède un, ils le suivent jusqu’à chez lui. Une chance, il a laissé les clefs sur le tableau de bord. Les deux compères s’en emparer et vont le cacher. Malheureusement leur commanditaire se dédie et ils se retrouvent avec  « la marchandise » sur les bras. Il y a le plein, pourquoi ne pas en profiter pour se payer une petite virée dans les Maisons Closes de la frontière catalane ? Fabien sera bientôt papa, il le sait depuis décembre, mais qu’à cela ne tienne, on ne vit qu’une fois, direction La Jonquera. Le 22 janvier c’est le retour, Youssef décide d’aller faire un petit coucou au foyer qu’il avait fréquenté du côté de Narbonne et c’est le grand retour sur Antibes. Mais à la hauteur de Béziers, c’est la panne d’essence. Ils laissent le fourgon sur une aire d’autoroute et vont jusqu’à Carrefour de Béziers pour « faire de l’essence avec un bidon, à l’arrache », c’est Fabien qui raconte au Tribunal et qui avoue qu’ils ont fuient sans payer. Puis, toujours à Béziers, ils iront voler les plaques d’immatriculation d’un tourisme « pour passer inaperçu ». Ils s’achètent des habits et direction les pistes de ski de Font-Romeu, ils ont une subite envie de sport d’hivers, loue tous le matériel. Des « Charlot font l’Espagne » nous passons aux «  Bronzés font du ski ». Mais les gendarmes cerdans, en ont décidé autrement, intrigués par ce Renault trafic avec remorque sur le parking des Airelles de Font-Romeu, ils vont contrôler les papiers du véhicule pour s’apercevoir tout de suite, que les plaques et la caisse ne correspondent pas. La virée se termine en Maison d’Arrêt à Perpignan. Youssef a 19 ans et un casier vierge, en tout cas il n’a pas été mis à jour, il avoue quatre mois avec sursis pour un vol de scooter, son copain Fabien, 21 ans, c’est plus compliqué, 13 mentions pour vol et 4 pour conduite sans permis. Youssef implore la clémence du tribunal, il est près à tout faire pour ne pas retourner en prison. Pendant ces quelques jours, il dit qu’il s’est retrouvé avec des coupables de triples assassinats : « J’ai passé les deux jours, les pires de ma vie ». Pour Fabien c’est autre chose, il a déjà fait trois ans de prison et maintenant, une peine plancher plane sur sa tête. Il implore, tout autant, le tribunal et sa présidente Mme Dechaud : « Je ferai ce que vous voulez mais je ne veux pas retourner en prison, ma dernière incarcération, c’est très mal passée, j’ai été tabassé ».  Le tribunal suivra le sévère réquisitoire du parquet, Fabien deux ans de prison sans aménagement et Youssef, huit mois, dont trois avec sursis. Maintien en détention pour les deux.

Laisser un commentaire