Récidive au volant

M. Sola a les yeux larmoyant sur le banc des accusés, il est dépressif et noie son chagrin dans l’alcool.

Séparée de la femme de sa vie et de sa fille, il ne supporte pas de ne plus l’accompagner à l’école ou de lui conter une histoire chaque soir avant d’aller dormir. Mais le Tribunal ne se dérange pas pour ce type de problème. Ce qui a conduit M. Sola en détention, c’est qu’une fois son chagrin bien épanché dans l’alcool, il prend tout de même son véhicule. Me Maynard, son avocat, code pénal à la main, réussira à faire supprimer de son acte d’accusation, la conduite sous emprise de l’alcool. Le PV a été mal rédigé. Mais le sens interdit à contre sens et la conduite sans permis, son talent n’y pourra rien changer. Faut dire que M. Sola était passé devant le Tribunal il y a deux mois pour le même type de faute. « Le Tribunal en a marre, dira le Procureur, qu’attendez-vous ? Vous tuer ou tuer les membres d’une famille ? ». Sa première condamnation comportait une obligation de se faire soigner et de commencer un traitement afin de se sevrer de l’alcool. Preuve en est que la mise à l’épreuve n’a pas été respectée. Après délibération, quatre mois d’emprisonnent, dont deux mois fermes et deux mois de mise à l’épreuve et quatre mois avec sursis sous couvert du respect de la mise en épreuve. Son sevrage commencera par deux mois d’emprisonnement. Confiscation et destruction du véhicule.

Laisser un commentaire