Mosset : Maintenant la manifestation

Le bras de fer, entre la commune de Mosset et Groupama, continue, une manifestation est convoquée ce dimanche 30 septembre, au Col de Jau, à partir de 8 heures du matin.

Le territoire de Covaset a été mis en vente, au début des années 80, la mairie de Mosset ne s’est pas déclarée acquéreuse. La chambre d’agriculture a alors aidé Groupama pour en devenir propriétaire. Le but, étant, que le territoire ne tombe pas dans les mains d’un propriétaire qui en interdise l’accès, notamment à la population rurale de Mosset.

Le résultat sera pire que le mal.
Tout était au mieux, dans le meilleur des mondes, jusqu’à ce que M. Arnaury Cornut-Chauvin, prenne la présidence de Groupama. Celui-ci, commença par interdire la cueillette des champignons, et, pour que la prohibition soit effective, il n’hésita pas à embauché du personnel de garderie. Aujourd’hui, c’est le passage pour aller au Madres qui est rendu volontairement, plus difficile. « On » n’interdit pas vraiment, il faut se munir d’une autorisation. C’est-à-dire que les personnes faisant des kilomètres pour passer une journée en montagne, se retrouvent face à des gardes chiourmes, qui leur exigent de repartir dans la plaine, à la recherche d’un laisser-passer. Un jeu de piste qui n’amuse que les gardes où serions-nous revenus au Moyen Age ? Réponse du maître des lieux, depuis, que la mairie à aménagé le refuge du Callau, il n’hésite pas à dénoncer « Des guides qui, profitant de l’effet d’aubaine, viennent faire leur beure sur la propriété d’autrui… c’est Disneyland en pleine montagne ! ». Qu’en de termes galants ces choses là sont dites, et, M. Arnaury-Chauvin de se présenter en défenseur de « ce secteur (qui) est un petit joyau, qu’il faut préserver, j’essaie de mettre un peu d’ordre … ». Rien n’est plus faux.

Une piste creusée dans la montagne
Arnaury-Chauvin organise des chasses privées sur le territoire de Groupama. Ces messieurs qui payent pour tuer cerfs et sangliers, ne veulent pas les trainer dans la montagne, comme l’ont fait avant eux, les gueux du village. Ils veulent pouvoir aller, le plus loin possible, dans la montagne, au volant de leur 4X4 grands comme des chars d’assauts. M. Arnaury Chauvin n’a pas hésité à faire monter des engins de terrassiers, appartenant à un éleveur, pour massacrer une piste, sans demander la moindre autorisation. Preuve qu’il avait parfaitement raison, depuis, c’est Natura 2000 qui fait tout son possible pour trouver des excuses à l’existence d’une nouvelle piste privée. Il est vrai que l’abolition des droits féodaux en 1792 ne fut pas obtenue par une institution d’état, mais arraché par une manifestation populaire.

Laisser un commentaire