Les trois ours et Boucle d’or

 

Les deux Valero, Jeremy 21 ans et Jérôme 19 ans, sont cousins, et les âneries, ils les font ensemble, Jérémy comparait libre et Jérôme est incarcéré.

 

 

 

A St Cyprien, le 15 novembre 2012, les forces de gendarmerie sont appelées à la rescousse. Trois personnes ont essayé d’entrée dans une habitation, mais l’arrivée des propriétaires ont fait fuir les malfaiteurs. Les gendarmes vont procéder à une tournée de surveillance, et dans une maison qui devrait être inhabitée, ils vont entendre des bruits légers venant du garage. Le domicile appartient à un couple de belges qui ne l’habite que pendant les vacances. Ils s’approchent et voient des traces d’effractions sur la porte. Ils entrent et trouvent les trois compères cachés dans des combles au-dessus du garage. L’avocat de Jérôme, dira, c’est l’histoire des trois ours et de boucle d’or. Qui c’est qui a mangé ma soupe ? Qui s’est qui a dormi dans mon lit ? Car les gendarmes ne vont pas constater de vol, à part la disparition d’un coussin et des draps, il s’agissait plutôt d’un squat. Qu’est-ce qui est constaté ? Un fait-tout de pâte dans la cuisine et des lits défaits. Si Jeremy nie les faits, le troisième larron qui est mineur, va tout raconter. Il a volé trois cannes à pêche dans un bateau sur le port, puis de l’essence. Mais les jeunes adultes ne sont pas poursuivis pour cela. Jeremy a un casier chargé, comportant dix comparutions, pour neuf condamnations, la plupart, lorsqu’il était encore mineur. Il encourt une peine plancher de deux ans. Son avocate, va expliquer une enfance malheureuse, abandonné par son père qu’il ne connaîtra que lorsqu’il aura l’âge de sept ans et abandonné par sa mère à l’âge de trois ans, son enfance se passera de foyers n foyers. Il ne sait pratiquement pas lire, ni écrire. Le cousin Jérôme a un casier vierge. Le procureur Danlos va souligner qu’ils n’ont pas eu une seule phrase de repentir ni un mot d’excuse pour les victimes. Ce qui est le signe minimum d’un désir de réinsertion. Mais le tribunal voudra leur faire confiance, une dernière fois, Jérémy, l’homme au casier, sera condamné à deux ans de prison dont un avec sursis et Jérôme six mois de sursis avec mis à l’épreuve. Obligation de travailler et à indemniser les victimes.

Laisser un commentaire