Le dépanneur roulait bourré

C’était, tout bonnement, une affaire de dépannage, comme il en arrive tous les jours. Une voiture tire une remorque et perd une roue. La dépanneuse mandatée par la compagnie d’assurance du conducteur arrive sur-le-champ. On charge le tout sur la remorque du camion et en route pour le garage. Sur la route de Maury, le dépanneur reçoit un appel sur son portable, il décroche, 1ere infraction. En voulant répondre, il fait une fausse manœuvre et bascule dans le fossé. Si le dépanneur-conducteur arrive aussitôt à s’extraire de la cabine, ce n’est pas le cas du malheureux client, assis à la place du passager, qui devra être désincarcéré par les pompiers. Il a dû trouver le temps long, car il est blessé et souffre de fractures et contusions sur tout le corps. Il a dû être transporté à l’Hôpital de Perpignan par hélicoptère. « Du temps que vivait le Grand Pan, un dieu protégeait les ivrognes » chantait Brassens, car le chauffeur-dépanneur sorti indemne, mais obligé de souffler dans le ballon, révèle un taux d’alcoolémie incompatible avec la conduite d’un véhicule. Fusse t-il une dépanneuse. 2ème infraction. Mais jamais deux sans trois, le dépanneur roulait sans permis. L’enquête ne dit pas si les forces de l’ordre ont fait souffler le deuxième dépanneur, avant qu’il ne vienne dépanner la dépanneuse.

Laisser un commentaire