Il avoue mais sera relaxé

Salim a vingt ans, le 18 octobre, lors d’une perquisition à son domicile, les forces de l’ordre découvrent 54 grammes de résine de cannabis. Une misère, pour ceux qui suivent les affaires du Palais de Justice de Perpignan. Cependant, même en quantité infinitésimale, c’est interdit ! Raison suffisante pour que Salim comparaisse devant ses juges. Il avoue fumer cinq à six joints par semaine, « pour oublier les problèmes de tous les jours ». Le président Dooms lui fait remarquer que plus que les oublier, il s’en crée de nouveaux. En verve de confidence, Salim avoue qu’il vend un peu, vingt euros la barrette, et dit gagner entre 1200 à 1300 euros par mois. Salim n’est pas un ange, son casier comporte sept mentions. Aujourd’hui encore, il est mis en examen dans autre affaire, un vol avec arme. Son avocat, Me. Vachet va demander la relaxe. Il ne veut pas « faire confiance à l’odorat de fins limier ». Le mandat d’arrêt ne comporte pas les analyses du produit découvert chez Salim : « On ne sait même pas s’il y a eu une mise sous scellé, c’est trop, il vous pouvoir juger en toute sérénité, il en va de la crédibilité de la justice », martèle Me Vachet. Il n’y a pas de preuve et le tribunal ne peut que prononcer la relaxe. Pas mal, pour un jeune homme qui vient d’avouer qu’il revendait des produits stupéfiants.

Laisser un commentaire