Chèque, une opposition qui coûte cher

On ne peut pas faire justice soit même, en voulant punir son marchand de bicyclettes, Marek la payera plus cher.

Un tribunal accommodant

A Perpignan, Marek amateur de beau vélocipède, se rend dans une boutique de la ville. Il choisit une belle bicyclette qui vaut 1650 euros. Pour régler il fait quatre chèques de 416 euros chacun. Les temps sont durs et très souvent les petits commerçants acceptent ce type de transaction. Chaque mois Marek se rend chez son vendeur récupère un chèque et règle en espèce. Mais pour le dernier, Marek téléphone à son vendeur et lui demande d’attendre car il quelques problèmes pour réunir la somme, mais il viendra rapidement le régler. Le commerçant attend plusieurs jours, puis semaines, perd patience et présente le chèque à sa banque qui le refuse car il y a opposition à son règlement. Me. Garcia pour la partie civile représente le vendeur de cycle et commente l’explication donnée par Marek. Ce dernier s’est estimé lésé car il a payé pour un modèle 2010 et a reçu un modèle 2009. Ce que le marchand de cycle nie absolument. Me. Dooms rappelle que nul n’est tenu de faire justice soi-même, s’il s’estime floué par son vendeur, il existe un tribunal de commerce qui règle ce type de litige. Une association « Que choisir » est là pour l’aider dans sa démarche. En sus vous avez déjà revendu ce vélo en faisant un net bénéfice, vous l’avez payé 1248 euros et vous le revendez 1379 euros.
« Avez-vous un vélo en ce moment ? » demande M. Bret pour le parquet. Marek répond que oui. « Combien l’avez-vous acheté ? » 500 euros. Marek ne pédale plus dans la même catégorie. Il répond que ce dernier vélo faisait partie de la transaction dans la vente de l’autre. Et M. Brêt d’ajouter : « Qu’est ce que vous fouettez là ? Que faites vous devant ce tribunal ? Quand on est pas d’accord sur une vente on se rend chez le commerçant et on dit remboursez moi. Vous avez un casier vierge, vous avez des diplômes, vous n’avez rien à faire dans ce tribunal, vous êtes resté une après-midi dans ce tribunal, avez-vous vu quel genre de personnes vous avez côtoyé ? « Quand on pèche par l’argent on paye par l’argent » Avez-vous l’intention de rembourser ce commerçant ». Réponse de Marek, oui. Quand ça ? demande M. Bret. Demain répond une petite voix. M. Bret s’adresse au tribunal et requiert que le délibéré soit donné dans quinze jours et que l’amateur de bicyclette soit jugé en fonction du règlement ou non de la dette. Après délibération, le tribunal renvoie le jugement au 13 mars le résultat dépendra du règlement de la somme auxquels viennent s’ajouter 600 euros pour préjudice moral. Le Tribunal décidera alors en conséquence, et précisions du président du tribunal « si vous n’avez pas trahit la confiance que nous vous faisons, nous en tiendrons compte ».
Pour une première bêtise le Tribunal veut très souvent être clément, Marek n’a visiblement pas le profil de l’escroc, la justice lui donne une chance de s’amender toute en recevant une bonne leçon pour l’inciter à ne plus jamais revenir à la barre d’un Tribunal.

Laisser un commentaire