Les Grégoires de Salses

Les avocats des parties civiles communiquent. L’ancienne mairesse de Salses était poursuivie le 31 mai pour n’avoir pas préempté un terrain acheté par son fils 56 000 euros en 2006. Celui-ci avait ensuite tenté de le revendre 230 000 euros à la commune en 2008 (sachant que l’indemnité d’expropriation que devra verser le conseil général a été fixée à 117 000 euros en 2012). Le tribunal correctionnel de Perpignan a annulé la citation du procureur de la République (notre édition du 1er juin 2012). Le conseil général et la commune de Salses, qui étaient parties civiles dans ce procès, précisent que cette décision ne signifie pas la fin des poursuites et que le procureur de la République peut délivrer une nouvelle citation (en précisant cette fois la date des délits reprochés à Mme Grégoire et à son fils) pour que les prévenus soient une nouvelle fois convoqués devant le tribunal correctionnel.
Les poursuites ont été annulées, mais elles pourraient donc être régularisées très prochainement.

Laisser un commentaire