Trafic humain

 

Mao, 54 ans est chinois. Il vit et travaille en Italie avec son épouse. Mais pour arrondir ses fins de mois, il fait le « passeur ». Il aide à immigrer clandestinement des compatriotes. Il gagnerait entre 1000 et 1500 euros par passage. Le 25 juin, il est contrôlé au Boulou dans son véhicule avec ses passagers. Un ressortissant chinois présente un document d’identité et visiblement la photographie ne correspond pas au titulaire du passeport. Tous les Chinois ne se ressemblent pas et tous ne s’appellent pas Mao. Ce dernier est condamné à 12 mois d’incarcération, à 3000 euros d’amende et une interdiction du territoire français pendant cinq ans.

 

Serguei, 34 ans est Moldave, Gianluca 41 ans, est italien. Ils vivent tous les deux près de Pise. Le 25 juin, leur véhicule, un Ford Transit loué a été fouillé par les services des douanes au grand péage du Boulou. Derrière une cloison de la carrosserie dans 15 sacs thermo soudés, ils découvrent 53 kg d’herbe de cannabis. Ils effectuaient un soi-disant déménagement de l’Ille de Formentera jusqu’en Italie. Gianluca s’accuse de tout, son compagnon qui a loué le véhicule et payé le voyage ne savait rien de la drogue transportée. Serguei pleure beaucoup, il possède deux boutiques d’habillement et affirme qu’il n’a pas besoin de trafiquer pour vivre. Son avocat, Me. Martin Amouroux se donnera à fond pour le défendre. Peine perdue, mais pas pour tout le monde, tous les deux sont condamnés à 30 mois de prison ferme avec maintien en détention, interdiction de territoire français pendant 5 ans et à payer 145 000 euros au service des douanes.